Les expositions – Sylvie Rodriguez

SYLVIE RODRIGUEZ
Là-haut sur la montagne

Du 14 janvier 2022 au 12 mars 2022

Là-haut sur la montagne, est un collage fait à partir de photographie déchirée dans des vieux livres. Les bouts déchirés ont été assemblés et collés entre eux avec du papier collant pour en faire une autre image. La grandeur de ces collages a demandé l’usage de nombreux livres, qui ont été, pour effectuer ce collage, déchirés et saccagés. Par ses gestes les déchiquetures passent du statut de déchet à celui d’œuvre d’art. La question du matériel utilisé pour réaliser l’œuvre, joue ici un rôle majeur tant par sa matérialité que par ce qu’il véhicule symboliquement. Qui s'intéresse encore à ces vieux livres de photos, à ces encyclopédies surannées, ces ouvrages populaires qui parlent de pêche, de montagne, de phares, de ski, etc. ? Ce geste de déchirer est-il alors une bonne action de recyclage ou un saccage de beaux livres d’images ?

À propos de Sylvie Rodriguez

Sylvie Rodriguez a obtenu un diplôme de l’école supérieur d’art visuel (actuellement le HEAD) de Genève et un Master au Chelsea College of Art de Londres. Elle réside et travaille à Bruxelles depuis quelques années où elle a ouvert un espace d’art « Transformers » depuis 2015.

Son travail se construit essentiellement avec des objets souvent devenus inutiles qu’elle collectionne, comme des ballons dégonflés, des bouteilles, des mouchoirs de poche... Détourné de leur fonction initiale, ces objets deviennent alors matériaux de ses installations, ses sculptures et ses collages. Elle les brise, les recolle, les déchire, les rescotche, les recoud, les réassemble pour les rendre autres. Les livres de photographie à thème sont des objets qui la fascine et deviennent un matériel récurrent dans plusieurs de ses installations.

En parallèle à son travail d’installation, Sylvie.Rodriguez développe également un travail de vidéo. Ses dernières vidéos, d’une ou deux minutes, sont créées avec des images empruntés à divers films. On retrouve dans ses travaux ses gestes récurrents chez l’artiste de déconstruction / reconstruction.

Son travail a été principalement montré dans des lieux classiques ou insolites en Suisse et en Belgique, mais elle expose aussi régulièrement à Berlin, à Londres ou au Japon.